Keyword

Demographic atlas of Luxembourg

58 record(s)
 
Type of resources
Keywords
Provided by
Groups
Representation types
Update frequencies
status
Scale
From 1 - 10 / 58
  • Au Grand-Duché de Luxembourg, l'âge moyen au mariage durant la période 2013-2017 était de 37.0 ans pour les hommes et de 33.9 ans pour les femmes. Les hommes étaient donc en moyenne de 3.1 ans plus âgés que les femmes. L'âge moyen des époux féminins s'étend de 28.3 ans à Vichten à 40.0 ans à Reckange-sur-Mess. Grosbous (29.4 ans), Waldbillig (29.9) et Wiltz (30.4) présentent ensuite les âges moyens les plus bas pour les femmes. A l'opposé, les âges moyens sont également très élevés à Leudelange (38.4 ans), Garnich (37.8) et Mertzig (38.4). La géographie des âges moyens au mariage des femmes est assez similaire à celle des hommes. Les âges moyens les plus élevés se concentrent surtout dans les communes de l'ouest et du sud-est de l'agglomération de la Ville de Luxembourg et sur la frange nord-ouest du pays (]36.6-40.0]). Plusieurs communes aux alentours de Mersch (Fischbach, Lintgen et Helperknapp) et centre/nord-est du Luxembourg (Echternach, Mertert et Beaufort) présentent également des âges moyens plus élevés que dans leurs environs (]35.1-36.6]).

  • Au Grand-Duché de Luxembourg, la densité de population a augmenté de manière continue depuis 1821. En 1821, 51.8 personnes vivaient en moyenne sur un km2 du territoire luxembourgeois. Au 1er janvier 2018, la densité de population au niveau national est de 232.8 habitants par km2. Ainsi, au cours des deux derniers siècles, la densité de population a accru de 349 %, soit elle a été multipliée par environ 4.5. <p>Définitions:</p> <p>Par densité de population, on entend le rapport entre l'effectif de la population d'une zone géographique et la superficie de cette zone. Le résultat s'exprime généralement en nombre d'habitants par kilomètre carré (hab./km2).</p>

  • Du point de vue administratif, la commune représente la plus petite subdivision territoriale du pays. Tout comme les cantons, les communes datent du découpage administratif mis en place lors de l'annexion du Luxembourg par les Français en 1795. Alors que le nombre et la configuration des cantons sont restés inchangés depuis leur création, les communes ont connu de nombreuses modifications. Au fil du temps, les communes ont vu changer leur nombre par des scissions et des fusions. La carte montre l'historique des fusions communales depuis 1920. Lors des 17 fusions, 45 communes ont été regroupées dans de nouvelles subdivisions administratives.

  • Pour seulement 2.9% de la population luxembourgeoise, l'italien constitue la première langue parlée. Cette proportion varie selon les communes, entre 0% à Bourscheid et Wahl et 5.8% à Bertrange. Après Bertrange, se sont Strassen (5.7%), Luxembourg (5.3%) et Hesperange (4.8%) qui présentent, en parts, le plus de locuteurs italophones. Ainsi, les parts les plus importantes se situent surtout dans les environs directs de la Ville de Luxembourg et dans l'ancien bassin minier. De plus, Larochette et plusieurs communes au niveau de la Nordstad présentent des parts plus élevées que les communes environnantes. A l'inverse, presque l'entièreté de la moitié nord du pays et les communes longeant la Moselle présentent des parts très faibles. Après Bourscheid et Wahl, les minima se situent à Goesdorf (0.2%), Nommern (0.2%) et Clervaux (0.3%). <p>Définitions:</p> <p>« Quelle est la langue dans laquelle vous pensez et que vous savez le mieux? » Telle est la question du recensement qui permet d'appréhender la langue principale parlée par les résidents. Une seule réponse était permise parmi sept possibilités : le luxembourgeois, le français, l'allemand, le portugais, l'italien, l'anglais et autre langue.</p>

  • Quant aux ressortissants du continent américain (Amérique du Nord, Amérique centrale et Amérique du Sud), ils sont, en termes relatifs, le plus présents dans la capitale luxembourgeoise et dans certaines communes avoisinantes. Effectivement, les pourcentages les plus élevés s'aperçoivent à Luxembourg-Ville (2.2 %), Strassen (1.8 %), Leudelange (1.7 %) et Bertrange (1.6 %). Généralement, il apparaît que la moitié nord du pays est moins fréquentée par les ressortissants d'Amérique que le sud.

  • Au niveau national, la proportion des personnes de 65 ans est plus est de 14.2%. Les personnes âgées de 65 à 74 ans représentent 7.7% de la population totale. La carte représente la proportion des résidents âgés entre 65 et 74 ans par commune. On constate que généralement la moitié sud du pays en présente des proportions plus hautes qu'au nord. Ce sont surtout les populations habitant dans les communes périphériques de la Ville de Luxembourg et celles des communes du sud-est du pays qui présentent les proportions les plus élevées. Dans la moitié nord du Luxembourg, une forte concentration de faibles valeurs peut être remarquée, à l'exception des communes de la Nordstad, ainsi que celles longeant la frontière belge, qui présentent des valeurs assez élevées. Niederanven (12.4%), Remich (11.6%) et Mondorf-les-Bains (11.3%) connaissent les parts de 65 à 74 ans les plus importantes, alors que les parts les plus faibles s'observent à Fischbach (4.0%), Waldbillig (5.6%) et Beaufort (5.7%).

  • Cette carte représente la proportion d'enfants âgés entre 6 et 10 ans par commune. Comme pour les deux cartes précédentes, cette carte ne permet pas de dégager de véritables tendances très claires de répartition géographique de la variable analysée. Cependant, on constate de nouveau que la Ville de Luxembourg (4.4%) et les communes de la Nordstad présentent des parts parmi les plus basses. De plus, plusieurs communes longeant les frontières allemande (le long de la Moselle), française et belge (partie sud) présentent également des parts plus faibles que dans les communes plus poches de la capitale. Les parts les plus élevés sont notées dans les communes de Wahl (8.2%), Weiler-la-Tour (8.0%) et Putscheid (7.7%) alors que les minima s'observent à Winseler (3.4%), Mondorf-les-Bains (4.0%) et Weiswampach (4.2%).

  • Au niveau national, l'âge moyen des femmes est plus élevé que celui des hommes. En effet, la population féminine a en moyenne 40.1 ans alors que la population masculine a un âge moyen de 38.6 ans. L'âge moyen de la population totale est de 39.4 ans au 1er janvier 2018. La tendance européenne montre un vieillissement de la population. Au Luxembourg, la structure de la population reste relativement jeune, comparée à celle de l'UE-28 et des pays voisins. Cela est notamment dû à la population immigrée qui « rajeunit » la population luxembourgeoise. En effet, avec 41.6 ans, les Luxembourgeois sont en moyenne plus âgés que les personnes étrangères (37.0 ans). La population immigrée est majoritairement composée de personnes jeunes en âge de travailler.

  • La carte montre la proportion des moins de 20 ans par commune. En termes relatifs, les jeunes de moins de 20 ans résident surtout dans les communes rurales de la moitié nord du pays et dans certaines communes plus urbanisées du sud (Rumelange, Weiler-la-Tour, etc.). La tranche d'âge de moins de 20 ans est peu présente dans les trois principaux pôles urbains du pays: Luxembourg, ancien bassin minier et Nordstad. Ainsi, la part de jeunes est maximale à Putscheid (28.2 %), Lenningen (27.4%) et Fischbach (27.3 %). En revanche, cette part est minimale dans les communes de Luxembourg (17.6 %), Mondorf-les-Bains (18.3%) et Erpeldange-sur-Sûre (18.3%). Effectivement, c'est dans la capitale luxembourgeoise, principal pôle d'emplois du pays, où la part de résidents de moins de 20 ans est minimale.

  • La carte représente la proportion d'enfants âgés entre 11 et 17 ans par commune. D'un point de vue générale et en parts relatifs, on constate que la moitié sud du pays est beaucoup moins habitée par les jeunes de 11 à 17 ans que la moitié nord du Luxembourg. Néanmoins, la part maximale s'observe à Lenningen au sud-est de la Ville de Luxembourg, avec 11.9% de la population totale. Ensuite, ce sont Reisdorf (10.5 %), Koerich (10.2%) et Rumelange (10.1%) qui connaissent les valeurs les plus prononcées. Une concentration de parts élevées s'observe au nord-est et nord-ouest du pays. Les parts minimales se situent à Luxembourg (5.5%), Mondercange (5.8%) et Weiswampach (6.2%).