Keyword

Demographic atlas of Luxembourg

58 record(s)
 
Type of resources
Keywords
Contact for the resource
Provided by
Groups
Representation types
Update frequencies
status
Scale
From 1 - 10 / 58
  • Entre 1981 et 2018, la population du Grand-Duché de Luxembourg a augmenté d'environ 65 %, en passant de 364 597 à 602 005 habitants. La croissance démographique du Luxembourg est surtout due à l'immigration, vu que le solde naturel est relativement faible.

  • Le solde naturel, c'est-à-dire la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès, est relativement faible au Luxembourg. Entre 2013 et 2017, le solde naturel moyen était de 2 130 personnes. La majorité des communes présentent un solde moyen positif (cercles bleus sur la carte) entre 2013 et 2017. Luxembourg, Differdange et Esch-sur-Alzette connaissent les soldes naturels moyens les plus élevés, avec un excédent naturel moyen respectivement de 603, 133 et 126 personnes. Néanmoins, 11 communes, dont Echternach (-21), Remich (-16) et Niederanven (-12) se caractérisent par un solde naturel moyen négatif (cercles verts sur la carte). En ce qui concerne le taux de solde naturel moyen entre 2013 et 2017, il varie fortement d'une commune à l'autre en fluctuant entre -5.3% à Vianden et 10.8% à Helperknapp. La moyenne nationale est de 3.7%. Les 11 communes qui présentent un solde naturel moyen négatif présentent évidemment aussi un taux de solde naturel moyen inférieur à 0%. La Carte 21 montre que les hauts taux de solde naturel moyen s'observent surtout dans les communes au sud/sud-est de la Ville de Luxembourg et dans la plupart des communes au centre-nord et nord-est du pays. <p>Définitions:</p> <p>Le solde naturel moyen est la différence entre le nombre de naissances de la période 2013-2017 et le nombre de décès de la période 2013-2017.</p> <p>Le taux de solde naturel/taux de variation naturelle est le ratio entre le solde naturel moyen de la période 2013-2017 rapporté à la population moyenne de la période 2013-2017. Le taux de solde naturel est exprimé pour mille habitants.</p>

  • Au niveau national, le rapport de dépendance démographique des jeunes personnes, c'est-à-dire des personnes de moins de 20 ans, est de 33.8. Au Luxembourg cela signifie que 33.8 jeunes généralement inactives sont prises en charge par 100 personnes en âge de travailler, soit un rapport approximatif de 1 à 3 entre personnes jeunes inactives et personnes en âge de travailler. De manière très générale, la moitié nord du pays connaît une plus grande concentration de rapports de dépendance élevés qu'au sud. En effet, le rapport de dépendance des jeunes personnes dépend largement de la part de jeunes dans la population totale de chaque commune. Mais, il est également influencé par la taille de la population ayant l'âge de travailler. Le rapport de dépendance des jeunes varie, bien que de manière moins prononcée que le rapport de dépendance des âgées, d'une commune à l'autre. En effet, il fluctue entre 25.1 à Luxembourg-Ville et 46.9 à Putscheid.

  • Au Luxembourg, 43.1 % des personnes sont mariées ou pacsées. Elles semblent être particulièrement présentes, en parts relatives, dans les communes faisant partie de la première couronne de l'agglomération du Luxembourg: Garnich (50.3%), Niederanven (49.2%), Lorentzweiler (48.9%), Flaxweiler (48.6%), Contern (48.4%), etc. De plus, les communes des cantons de Redange et de Grevenmacher présentent également des parts plus importantes qu'en moyenne. A l'inverse, les parts de mariées ou pacsées sont nettement plus basses dans la capitale elle-même (38.0%), dans les communes du sud-ouest du pays, à Echternach, Vianden et Wiltz, ainsi que dans plusieurs communes aux alentours de la Nordstad, avec des valeurs en-dessous de la moyenne nationale.

  • Au Luxembourg, entre 2013 et 2017, il y a annuellement en moyenne 22 900 arrivées et 12 390 départs internationaux. Ainsi, le solde migratoire international moyen entre 2013 et 2017 est de 10 510 personnes par an. La population luxembourgeoise croît donc de manière spectaculaire grâce à un excédent migratoire annuel moyen de 10 510 personnes. En regardant la carte, on remarque qu’il y a des communes qui sont plus enclins à accueillir des personnes arrivant de l'étranger que d'autres. En nombres absolus, c'est dans les communes les plus peuplées qu'on observe les soldes les plus élevés : Luxembourg-Ville (5 175 personnes), Esch-sur-Alzette (539) et Differdange (353). La commune de Putscheid est la seule commune luxembourgeoise qui présente un solde migratoire international moyen négatif. Cela signifie qu'elle perd en moyenne 4 personnes par an suite à des migrations internationales. D'autres communes présentant des soldes migratoires internationaux faibles sont Saeul (+ 2 personnes), Wahl (2) et Flaxweiler (3). Le taux de solde migratoire international varie entre -3.5% à Putscheid et 45.7% à Luxembourg-Ville, alors qu'il est de 18.5% au niveau du pays. Ainsi, pour 1 000 personnes, il y a un excédent de migrants internationaux qui s'élève à 18.5 personnes. <p>Définitions:</p> <p>Par solde migratoire moyen pour la période 2013-2017, on entend la différence entre le nombre de personnes qui entrent dans une zone géographique donnée et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de la période 2013-2017.</p> <p>Le taux de solde migratoire international moyen pour la période 2013-2017 est le ratio entre le solde migratoire international moyen de la période 2013-2017 rapporté à la population moyenne de la période 2013-2017. Le taux de solde migratoire international est exprimé pour mille habitants.</p> <p>Dans la migration internationale, seuls les changements de résidence en provenance ou à destination de l'étranger sont pris en compte. Les migrations à l'intérieur du pays ne sont pas prises en considération. </p>

  • Au Luxembourg, le solde migratoire total moyen était de 10 510 personnes entre 2013 et 2017. Suite aux migrations internationales (vu que le solde migratoire interne est égal à 0), il y avait donc un excédent annuel moyen de 10 510 personnes. En comparant le solde migratoire total entre les différentes communes, on constate qu'il fluctue fortement d'une commune à l'autre. Dans la commune de Berdorf, la somme des soldes migratoires interne et international est la plus petite, et même négative. En moyenne, 27 personnes ont quitté annuellement la commune de Berdorf entre 2013 et 2017. Ensuite viennent les communes de Larochette (-7 personnes), Waldbredimus (solde équilibré) et Putscheid (+1). Les soldes de migration totale les plus élevés s'observent dans les communes les plus peuplées, avec en tête Luxembourg (2817 personnes), Differdange (566) et Esch-sur-Alzette (543). En nombres relatives, le taux de solde migratoire total moyen varie également de manière prononcée d'une commune à l'autre, en variant de -14.5% à Berdorf à 46.1% à Weiswampach, avec comme moyenne nationale 18.5%. Ainsi, au Grand-Duché de Luxembourg, pour 1 000 personnes, il y avait un excédent migratoire annuel moyen de 18.5 personnes pour la période 2013-2017. <p>Définitions:</p> <p>Par solde migratoire total, on entend la somme du solde migratoire interne et du solde migratoire international au cours d'une période déterminée.</p> <p>Le taux de solde migratoire total moyen pour la période 2013-2017 est le ratio entre le solde migratoire total moyen de la période 2013-2017 rapporté à la population moyenne de la période 2013-2017. Le taux de solde migratoire total est exprimé pour mille habitants.</p>

  • Concernant l'âge moyen total, le centre-nord et le nord-est, avec l'exception de Diekirch et d'Erpeldange-sur-Sûre, connaît la moyenne d'âge totale la plus basse, avec de nombreuses communes aux âges moyens compris entre 34.7 et 37.8 ans. Par contre, on constate dans les communes du centre et sud-ouest du pays, sauf exceptions, des âges moyens supérieurs à la moyenne nationale (39.3 ans).

  • D'un point de vue morphologique (densité et continuité du bâti) et fonctionnel (proportion de pendulaires travaillant dans l'agglomération), le Grand-Duché de Luxembourg comporte trois grands pôles urbains, à savoir l'agglomération monocentrique de la Ville de Luxembourg et les deux agglomérations polycentriques : l'une au sud dans l'ancien bassin minier (englobant les villes d'Esch-sur-Alzette, Differdange et Dudelange) et l'autre au nord, la « Nordstad » (englobant les villes et communes de Bettendorf, Diekirch, Erpeldange-sur-Sûre, Ettelbruck, Schieren et Colmar-Berg).

  • Les personnes âgées de plus de 90 ans représentant 0.6% de la population totale. La carte illustre la proportion des personnes âgées de plus de 90 ans par commune. Les communes aux proportions les plus élevées sont Remich (1.6%), Echternach (1.5%) et Vianden (1.2%). A l'inverse, les communes aux parts de personnes de 90 ans et plus les plus faibles sont Bettendorf, Biwer et Mertzig avec 0.1%. La géographie de cette variable est sans doute influencée par la présence ou non de maisons de repos.

  • La carte illustre la répartition géographique des proportions de personnes âgées entre 20 et 64 ans. On constate que les communes de la partie centrale du pays, d'est en ouest, présentent des parts assez élevées de résidents qui sont en âge de travailler (entre 63.8 et 66.1%). Néanmoins, c'est la Ville de Luxembourg, qui, en termes relatifs, présente de loin la classe d'âge des 20-64 ans la plus importante. En effet, 70.0 % de sa population est en âge de travailler. Ensuite viennent Stadtbredimus (68.1%), Lintgen (67.8 %) et Saeul (67.2 %). A l'opposée, les parts les plus basses se situent souvent dans les « communes dortoirs » à proximité de la Ville de Luxembourg : Niederanven (57.4 %), Mamer (58.7 %), Mondorf-les-Bains (58.9 %), Steinsel et Kopstal (59.7 %).