From 1 - 3 / 3
  • Entre 2013 et 2017, 6 105 bébés ont été annuellement mis au monde en moyenne. Le nombre maximal a été atteint en 2017, avec 6 174 naissances. Sans surprise, entre 2013 et 2017, les plus grands nombres annuels moyens de naissances ont été observées dans les trois communes les plus peuplées, à savoir Luxembourg (1 249 bébés), Esch-sur-Alzette (397) et Differdange (301). A l'opposé, les communes les moins peuplées ont connu très peu de naissances annuelles durant cette période de temps. C'est à Saeul que le nombre annuel moyen de naissances est le plus faible, avec 7 naissances par an. Le taux de natalité moyen entre 2013 et 2017 varie fortement d'une commune à l'autre. Effectivement, il varie entre 7.5% à Erpeldange-sur-Sûre et 15.2% à Tuntange. Au niveau national, le taux de natalité est de 10.7%, ce qui équivaut à 10.7 naissances pour 1 000 habitants. <p>Définitions:</p> <p>On entend par taux de natalité le nombre de naissances vivantes de la période 2013-2017 rapporté à la population moyenne de la période 2013-2017. Il est généralement exprimé pour mille habitants.</p>

  • Au Luxembourg, l'âge moyen auquel les femmes accouchent leur premier enfant augmente dans le temps et a atteint 31.4 ans sur la période entre 2013 et 2017. Au début du 21e siècle, les femmes devenaient mères à 28.1 ans. Plusieurs facteurs peuvent expliquer que l'arrivée du premier enfant continue d'être plus tardive. La généralisation des études, et notamment des études supérieures pour les femmes, joue sans doute un rôle important. En outre, de plus en plus de femmes sont sur le marché du travail et leur souci d'avoir un travail stable avant de fonder une famille entre certainement également en jeu, de même que la volonté croissante de vivre un certain temps à deux. En observant la carte, on aperçoit que la partie sud du pays connaît des âges moyens à la première maternité plus élevés qu'au nord. Cet âge varie entre 29.2 ans à Wiltz et 33.8 ans à Niederanven, ce qui représente une différence de 4.6 ans entre les valeurs moyennes extrêmes.

  • Parmi les 30 524 naissances qui ont eu lieu entre 2013 et 2017, 18 235 sont survenues dans le mariage, ce qui représente environ 59.7 % de l'ensemble des naissances. Globalement, on constate que les parts de naissances dans le mariage sont maximales dans les communes urbaines de l'agglomération de la Ville de Luxembourg et de ses environs. Effectivement, il y a une forte concentration de parts élevées de naissances dans le mariage, comprises entre 59.3 et 74.6 %, au niveau de la Ville de Luxembourg et dans les communes avoisinantes. Les parts élevées s'étendent jusqu'aux communes plus éloignées se trouvant dans les cantons de Grevenmacher et de Remich à l'est et au sud-est de la capitale, et de manière moins prononcée jusqu'à certaines communes des cantons de Capellen et d'Esch-sur-Alzette. En outre, plusieurs communes rurales du centre-nord et de la pointe nord-ouest présentent également des parts relativement élevées en naissances dans le mariage. Les naissances dans le mariage sont moins fréquentes, en nombre relatifs, dans les communes du centre (alentours de Mersch), de l'est (canton d'Echternach), de l'ouest (canton de Redange) et du nord-est et nord-ouest du pays. Les communes du canton d'Esch-sur-Alzette connaissent également des parts en naissances dans le mariage moins élevées que dans l'agglomération de la capitale luxembourgeoise.